28.06.18 Avancée positive pour le vote électronique

 


L’Organisation des Suisses de l’étranger (OSE) salue la décision du Conseil fédéral de charger la Chancellerie fédérale d’élaborer un projet pour faire du vote électronique un canal de vote ordinaire. Cette décision marque une avancée significative dans l’introduction du vote électronique et indique une reconnaissance de l’e-voting en tant que canal sûr et fiable. Ce canal de vote est souvent le seul moyen pour les Suisses de l’étranger d’exercer leurs droits politiques.

 

L’OSE se réjouit de la décision du Conseil fédéral du 27 juin 2018 qui aboutira d’ici à la fin de l’année 2018 à la mise en consultation d’une modification de la Loi fédérale sur les droits politiques (LDP), le but étant de faire du vote électronique un canal de vote comme un autre et d’aller vers une dématérialisation totale du vote.

 

Cette annonce est un signal très encourageant. En effet, elle démontre la volonté du Conseil fédéral d’aller de l’avant dans l’introduction du vote électronique et elle réaffirme la confiance du Gouvernement suisse dans la fiabilité du système. Cela est d’autant plus bienvenu que des voix critiques se sont faites entendre ces derniers mois, notamment au niveau politique, remettant en question la sécurité du vote électronique. Un ensemble d’objets parlementaires visant à limiter l’introduction du votre électronique ont ainsi été déposés.

 

L’OSE, qui réclame depuis des années une introduction du vote électronique, a toujours fait confiance à la Chancellerie fédérale pour laquelle la sécurité doit primer sur la vitesse d’introduction du système.

 

Dans la pratique, l’e-voting est bien souvent pour les 164 000 Suisses de l’étranger inscrits sur un registre électoral, le seul moyen leur permettant d’exercer leurs droits politiques. Malheureusement, et trop souvent, ils reçoivent leurs documents très, voire trop tard pour pouvoir voter dans les délais. Les votes tardifs, donc invalides, augmentent, raison pour laquelle le taux de participation de la «Cinquième Suisse» est en recul. Seule une introduction rapide du vote électronique peut permettre de résoudre ces problèmes.