15.08.14 Les Suisses de l'étranger soutiennent l'immatriculation obligatoire

 


Le Conseil des Suisses de l'étranger (CSE) a tenu aujourd'hui à Aarau sa deuxième séance annuelle. Cela, en préambule au Congrès des Suisses de l'étranger qui débutera ce soir à Baden. Au programme des délégués, se trouvait, entre autres, l'adoption d'une résolution sur l'obligation d'immatriculation dans le cadre de la future loi sur les Suisses de l'étranger. Autre résolution au programme : la demande du maintien des relations bancaires entre les membres de la « Cinquième Suisse » avec les banques de notre pays. Les délégués ont également été informés sur l'initiative ECOPOP et sur l'ordonnance relative à la loi sur la diffusion de la formation suisse à l'étranger.

 

Réunis dans la salle du Grand Conseil du canton d’Argovie, 87 délégués des Suisses de l’étranger sur les 140 que compte le Conseil des Suisses de l’étranger (CSE) ont fait le déplacement à Aarau pour leur deuxième séance de l’année.

 

Point fort de la journée, les délégués ont été informés sur l’état des travaux de la loi sur les Suisses de l’étranger. A ce sujet, le comité a encouragé les délégués à adopter une résolution sur l’obligation d’immatriculation. En effet, dans cette nouvelle loi, il n’est pour l’instant pas prévu que les Helvètes vivant à l’étranger soient obligés de s’enregistrer auprès d’un consulat ou d’une ambassade.

La loi sur les Suisses de l’étranger a été traitée par le Conseil national le 5 juin 2014, ce texte marque un tournant dans les relations entre la Suisse et ses 732'000 citoyens vivant à l’étranger car ce texte constitue la base de la mise en place d’une politique globale du gouvernement envers les expatriés suisses. Cependant, un ensemble de divergences entre le Conseil des Etats et le Conseil national doivent encore être éliminées.

Jacques-Simon Eggly a souligné qu’ «il est dans l’intérêt de notre gouvernement de connaître les ressortissants suisses vivant à l’étranger», encourageant lui aussi le maintien de l’obligation d’immatriculation, précisant que cela va dans le sens voulu par la loi et qu’il s’agit de la solution existante actuellement.

La résolution a été adoptée à une large majorité.

 

Une seconde résolution a été adoptée par le CSE, celle concernant Postfinance émanant de la communauté suisse vivant aux Etats-Unis. Le texte demande que la Confédération charge Postfinance de permettre à tous les Suisses de l’étranger d’ouvrir des comptes et de maintenir les relations bancaires en Suisse.

 

Importance du vote électronique pour les Suisses de l’étranger

Dans son rapport, le président de l’OSE, Jacques-Simon Eggly, a souligné l’importance du vote électronique pour les Suisses de l’étranger. «Il est utile de rappeler l’importance pour un pays comme la Suisse, dont l’économie repose prioritairement sur ses exportations à l’étranger et sur la collaboration internationale, de pouvoir compter sur un réseau de 732'000 concitoyens vivant hors des frontières nationales» a-t-il déclaré avant de poursuivre : «Or, pour que nos compatriotes se sentent reliés à la Suisse, encore faut-il les informer correctement. Mais il faut également leur donner la possibilité de jouer un rôle actif dans les débats politiques de notre pays. Ce n’est pas pour rien que l’Organisation des Suisses de l’étranger se bat pour une introduction du vote par Internet, respectant les garanties de sécurité, pour tous les Suisses de l’étranger

 

Ordonnance sur la formation suisse à l’étranger

Les délégués ont également pris position sur l’ordonnance relative à la loi sur la diffusion de la formation suisse à l’étranger dans le cadre de la procédure d’audition lancée par le Département fédéral de l’intérieur. Isabelle Chassot, directrice de l’Office fédéral de la culture, a déclaré que «la Suisse a comme objectif d’ouvrir plus d’écoles suisses à l’étranger».

 

ECOPOP : les conséquences pour les Suisses de l’étranger

L’initiative ECOPOP, sur laquelle le peuple suisse se prononcera le 30 novembre prochain, a fait l’objet d’une discussion lors du CSE. M. Alec Gagneux, membre du comité d’initiative, et M. Geri Müller, conseiller national et maire de Baden, ont présenté leurs arguments opposés aux représentants des Suisses de l’étranger. Le Conseil des Suisses de l’étranger a en outre voté à la majorité une recommandation de vote invitant à rejeter l’inititative ECOPOP.

 

Plus de 400 membres de la «Cinquième Suisse» se réunissent chaque année durant trois jours en Suisse pour leur congrès annuel. La manifestation commence traditionnellement par la séance du CSE, le « Parlement de la Cinquième Suisse », avant d’ouvrir officiellement le vendredi soir. La journée du samedi est consacrée à l’assemblée plénière ainsi qu’à la thématique officielle du congrès, cette année : «Technologies de l’information et médias sociaux : une chance pour la 5e Suisse». La journée dominicale est l’occasion de visiter la région hôte.

 

 

Pour toute information

Organisation des Suisses de l’étranger (OSE)

Célia Francillon - +41 31 356 61 00

francillon@aso.ch; www.aso.ch