17.08.19 «Quel monde pour demain?»

 


400 Suisses du monde entier se sont donné rendez-vous ce week-end à Montreux pour leur 97e Congrès annuel. Avec pour thème «Quel monde pour demain?», la journée a permis de réfléchir aux grands défis de société à venir, à comment les accueillir et mettre en place, dès aujourd’hui, des éléments de solution. La matinée politique s’est concentrée sur l’année électorale et les attentes des Suisses de l’étranger auprès des politiciens.

 

Matinée politique

Après le mot d’ouverture de Remo Gysin, président de l’Organisation des Suisses de l’étranger (OSE), de hautes personnalités issues des sept partis politiques représentés sous la Coupole fédérale ont pris la parole, avant de confronter leurs points de vue lors d’une table ronde. La discussion a bien entendu porté, entre autres, sur le vote électronique, les relations Suisse-UE ainsi que la problématique bancaire.

 

Quel monde pour demain ?

L’après-midi, le conseiller fédéral Ignazio Cassis a pris la parole au nom du gouvernement et souligné que «depuis 1916 l’OSE s’engage pour les Suissesses et les Suisses de l’étranger et le congrès annuel qu’elle organise est connu pour le choix aguerri de ses thèmes. (…) S’interroger sur le monde de demain est aujourd’hui plus que jamais important, vu la situation». Il a également exposé les engagements de la Suisse pour les années à venir. Francesco Pisano, directeur de la Bibliothèque des Nations Unies, a ensuite présenté les objectifs de développement durable de l’ONU.

 

Sujet actuel de grande inquiétude, l’impact des changements climatiques a été détaillé par Martine Rebetez, professeure à l’Université de Neuchâtel. La climatologue a prévenu que «l’augmentation de température que nous générons aujourd’hui va avoir un impact sur des millénaires sur le niveau des mers. Pour ce siècle seulement, les dernières projections indiquent un mètre d’augmentation.»


Les réalités du tourisme, les effets des progrès scientifiques sur l’homme, la démocratie de demain et la question du manque d’attrait des partis politiques pour la jeune génération ont également été au centre des discussions. Point fort de la journée, une table ronde a réuni les secteurs privé et public autour d’une question cruciale à l’aire de la digitalisation: à quoi ressemblera le monde du travail de demain?

 

En guise de conclusion, la directrice de l’OSE, Ariane Rustichelli, a déclaré que «si des incertitudes demeurent quant au monde qui attend la prochaine génération, il faut pourtant dès aujourd’hui réfléchir et mettre en place des éléments de réponse. Le monde change à une vitesse exponentielle et nous sommes d’ores et déjà confrontés à la réalité de demain.»

 

Le 98e Congrès des Suisses de l’étranger aura lieu à Lugano du 21 au 23 août 2020 et s’intitulera «Les défis pour notre démocratie».