OSE Info 5/20

Newsletter OSE info

L'Organisation des Suisses de l'étranger (OSE) est le centre de compétences pour les questions relatives aux Suisses de l'étranger.

L’OSE est une organisation non gouvernementale, indépendante, sans appartenance politique ou confessionnelle. Elle représente et défend les intérêts des Suisses de l’étranger et leur offre une vaste palette de prestations et de services.

 

L'OSE s’engage pour les Suisses de l'étranger depuis 1916.

 

Pour plus d’informations: www.aso.ch

 

07.09.20, Jézael Fritsche, Communications & Marketing
Imprimer l'article

 

Initiative populaire fédérale « Pour une immigration modérée », dite initiative de limitation

5 raisons de voter contre l'initiative de limitation.

De quoi s'agit-il ?

L’objectif de cette initiative lancée par l’Union démocratique du centre (UDC) est d’abolir l’accord de libre circulation des personnes (ALCP) conclu avec l’Union européenne (UE). De plus, elle interdirait à la Suisse de contracter de nouvelles obligations de droit international qui accorderaient aux ressortissants étrangers la libre circulation des personnes. Le Conseil fédéral et le Parlement rejettent cette initiative, car elle remet en cause la voie bilatérale avec l’UE, de même qu’elle met en péril les relations stables de la Suisse avec son principal partenaire, qui est l’UE. Ce sont pour ces raisons que le Conseil des Suisses de l’étranger a décidé de se prononcer contre cette initiative lors de sa séance du 10 juillet dernier.

Visionnez la vidéo explicative de la confédération 

 

Lien vers l’initiative 

 

5 raisons de voter contre l’initiative de limitation :

1.    La liberté de tous les Suisses serait restreinte

Si l’accord de libre circulation des personnes (ALCP) devait être résilié, cela signifierait pour les Suisses qu’à partir de fin septembre 2021, ils n’auraient plus la possibilité de choisir librement leur lieu de travail et de domicile sur le territoire de l’Union européenne (UE).

 

2.    Tous les accords bilatéraux seraient résiliés

Si l’accord de libre circulation des personnes devait être résilié, l’UE mettrait automatiquement un terme à tous les autres accords bilatéraux en vigueur. En raison d’une clause dite de guillotine signée conjointement par la Suisse et l’UE, toute dénonciation unilatérale de l’ALCP entraînerait la dénonciation des six autres accords bilatéraux I.

 

3.    La crise économique due à la pandémie du coronavirus serait exacerbée

La pandémie du coronavirus est le plus grand défi auquel l’économie mondiale a dû faire face depuis des décennies. En pleine crise économique mondiale, la Suisse a plus besoin que jamais d’une relation stable avec l’UE, qui est son premier partenaire pour l’export et l’import.

 

4.    La Suisse, en tant que centre de recherche et d’innovation, devrait faire cavalier seul

La Suisse est un site international de premier plan pour l’éducation, la recherche et l’innovation. Nous sommes fiers de nos universités, de nos prix Nobel, de nos idées et de nos produits. Cependant, la recherche et l’innovation ne fonctionnent pas en autarcie, bien au contraire ? aujourd’hui, ces domaines sont fortement interconnectés au niveau international, tout comme l’économie.

 

5.    Aucune alternative équivalente à la libre circulation des personnes n’est en vue

Si la loi sur la libre circulation des personnes devait être résiliée, aucune alternative n’est proposée ni en vue à ce jour, afin de savoir concrètement ce qui suivra. L’acceptation de cette initiative signifierait aussi la fin des accords bilatéraux I au premier trimestre 2022 déjà. Un délai aussi court ne permettrait pas de trouver une solution satisfaisante avec Bruxelles et les 27 Etats membres de l’UE, ni de la faire approuver par le peuple suisse.

 

07.09.20, Jézael Fritsche, Communications & Marketing
Imprimer l'article

 

Recommandation du Conseil fédéral et du Parlement

La Conseillère fédérale Karin Keller-Sutter s'adresse aux Suisses de l'étranger et recommande, au nom du Conseil fédéral et du Parlement suisse, de voter « non » à l'initiative de limitation.

« La Suisse n'a ni opté pour l'adhésion à l'UE, ni pour l'EEE. Les accords bilatéraux sont la voie indépendante choisie par la Suisse. L'initiative de limitation met en danger cette voie, ainsi que les relations stables avec le principal partenaire commercial de la Suisse. Le Conseil fédéral et le Parlement recommandent pour cette raison de voter « non » à l'initiative de limitation. »



Karin Keller-Sutter, Conseillère fédérale et Cheffe du Département fédéral de justice et police.

© Photo: DFJP, Gaetan Bally


07.09.20, Jézael Fritsche, Communications & Marketing
Imprimer l'article

 

Les quatre autres objets au menu des votations du 27 septembre

Outre l'initiative de limitation, les électeurs suisses se prononceront sur la modification de la loi sur la chasse, un congé paternité payé de deux semaines, un relèvement des déductions fiscales pour enfant et l'acquisition de nouveaux avions de combat.

C’est un « super dimanche » politique qui attend les électeurs suisses, puisqu’ils seront appelés à voter sur cinq objets le 27 septembre prochain.

 

Modification de la loi sur la chasse

La loi sur la chasse définit quels animaux sauvages sont protégés, quelles espèces peuvent être chassées et quand la chasse est autorisée ou non. Avec le retour de grands prédateurs comme le loup sur le sol suisse, certaines voix se sont élevées contre leur présence et les déprédations qu’ils causent sur des troupeaux d’animaux de rente. Dans ces circonstances, le Parlement a élaboré de nouvelles règles et révisé la loi sur la chasse. Les cantons pourront à l’avenir contrôler l’augmentation de la population des loups et ordonner des tirs à certaines conditions. En outre, les conditions d’indemnisation des paysans pour les bêtes tuées par des loups seront redéfinies. Certains animaux sauvages seront mieux protégés et les biotopes de la faune sauvage seront mieux aménagés. Les associations de protection de la nature ont lancé un référendum, estimant que la nouvelle loi démantèle la protection des espèces. En effet, le Conseil fédéral pourra inscrire des espèces protégées sur la liste des espèces pouvant être régulées.

 

Augmentation des déductions fiscales pour les familles

L’objectif de la modification de la loi fédérale sur l’impôt direct est d’augmenter les déductions fiscales pour les frais de garde des enfants par des tiers (crèche, maman de jour, etc.). Ainsi, au lieu d’une déduction fiscale de 10 100 francs, les parents actifs pourront à l’avenir déduire jusqu’à 25 000 francs de l’impôt fédéral direct. Les opposants, qui ont lancé un référendum, parlent d’une arnaque fiscale. Selon eux, cette déduction ne profiterait qu’aux familles aisées et non aux familles de la classe moyenne ou aux familles monoparentales. De plus, ils estiment que le projet entraînerait une diminution des recettes fiscales, qui manqueront dans d’autres secteurs.

 

Congé paternité payé de deux semaines

Cet objet prévoit d’introduire un congé paternité payé de deux semaines, à prendre dans les six mois suivant la naissance de l’enfant. Cela permettra à tous les pères de participer davantage à la vie familiale et de décharger les mamans. Comme pour le congé maternité, c’est l’allocation pour perte de gain qui prendra en charge les salaires des papas pendant ces deux semaines, à raison de 80% (avec fixation d’un plafond). Les indépendants en profiteront également. C’est sur cette modification de la loi sur les allocations pour perte de gain que les électrices et les électeurs devront se prononcer. Un comité référendaire s’oppose à ce projet, arguant d’une part que cette nouvelle assurance sociale est trop chère et, d’autre part, qu’elle participe à une augmentation des déductions sociales et à une diminution des salaires. Le Conseil fédéral et le Parlement sont d’avis que le congé paternité est financièrement supportable, même pour les petites et moyennes entreprises. 

 

Acquisition de nouveaux avions de combat

La Suisse souhaite acquérir de nouveaux avions de combat d’ici 2030 pour un montant de 6 milliards de francs. Selon le Conseil fédéral et le Parlement, cette acquisition s’avère nécessaire : les avions utilisés actuellement sont dépassés et devront être mis hors service d’ici une dizaine d’années. La Suisse recourt aux avions de combat pour protéger son espace aérien et assurer un service de police aérienne. Les autorités estiment qu’il est nécessaire de posséder des avions de combat pour garantir la sécurité du pays ainsi que renforcer notre neutralité et notre indépendance en cas de crise. Pour les opposants, il s’agit d’un luxe inutile, arguant qu’aujourd’hui, notre pays doit se préparer à d’autres types de menaces, comme les catastrophes, les cyberattaques et le changement climatique.

 

Retrouvez un résumé de tous les objets sur le site internet de la Confédération.

 

Vous êtes Suisse de l’étranger et souhaitez, vous aussi, exercer vos droits politiques ? Inscrivez-vous sans plus attendre dans un registre de vote. Vous trouverez ici les conditions, ainsi que le formulaire de candidature multilingue (en français, allemand, italien et anglais) pour formuler votre demande.

 

07.09.20, Jézael Fritsche, Communications & Marketing
Imprimer l'article

 

L'initiative de limitation et ses conséquences

L'abrogation de la loi sur la libre circulation des personnes aurait des conséquences sur tous les Suisses, même ceux en possession d'un passeport européen.

L’initiative dite de limitation soumise au vote populaire le 27 septembre prévoit entre autres l’abrogation obligatoire de l’Accord bilatéral sur la libre circulation des personnes (ALCP) en cas d’acceptation de l’initiative. Or, cet accord est essentiel pour les 770 900 Suisses de l’étranger, qui représentent 11% des quelque 7,2 millions de citoyens suisses – même s’ils résident hors du continent européen et même s’ils détiennent aussi un passeport européen. L’ALCP crée un espace de liberté de mouvement dans l’UE pour les Suisses en leur conférant le droit d’y prendre un travail dans les mêmes conditions que les ressortissants de pays UE. Ce droit vaut aussi pour tous les Suisses vivant à l’étranger.

 

En outre, les diplômes et qualifications professionnelles obtenus en Suisse sont reconnus dans toute l’UE. Inversement, les Suisses et leurs enfants qui vivent dans l’UE et y suivent une formation obtiennent un diplôme qui, grâce à l’ALCP, est automatiquement reconnu en Suisse. Ceci profite également aux doubles nationaux.

 

Sans l’ALCP, la Suisse n’aurait en pratique plus guère d’autre choix que de traiter les personnes de l’UE de la même manière que les personnes de pays tiers, notamment en raison des clauses de non-discrimination incluses dans de nombreux accords de libre-échange conclus par la Suisse avec des partenaires d’autres continents. De même, les Suisses désireux de travailler, d’établir un commerce, d’offrir des services ou de faire des affaires dans l’UE y seront traités de la même manière que les personnes de pays tiers, au lieu d’être traités sur un pied d’égalité avec les ressortissants de l’UE. Cela vaudra pour les Suisses résidant hors de l’UE et, sous réserve de droits acquis prévus à l’art. 23 ALCP, pour les Suisses déjà établis dans l’UE. Bien sûr, un Suisse qui travaille dans l’UE ne perdra pas brusquement son permis de travail et de séjour. En revanche, au moment de changer de travail, il pourrait être confronté, en fonction du caractère plus ou moins protectionniste de la législation de chaque pays UE, à des restrictions, à des contingents ou à des clauses de besoin économique.

 

Pour préserver la prospérité et la stabilité de notre pays ainsi que les droits dont ils jouissent au titre de l’ALCP, les Suisses de l’étranger doivent voter NON à cette initiative.

 

Christian Pauletto, Genève
Professeur associé à l’International University in Geneva (IUG) et Suisse de l’étranger durant 6 ans à la Mission permanente de la Suisse à Bruxelles

 

07.09.20, Christian Pauletto, Professeur associé à l'International University in Geneva (IUG)
Imprimer l'article

 

L'initiative de limitation sous l'angle d'une expatriée

Cette initiative aura des conséquences multiples et variées non seulement pour la vie de tous les Suisses mais aussi pour l'ensemble de la Suisse.

«L’abandon de la loi de libre circulation des personnes pour tout ressortissant suisse vivant en Suisse et à l’étranger signifierait que nous ne serions plus sur un pied d’égalité avec les citoyens de l’UE. Nous perdrions ainsi un privilège, qui est de pouvoir choisir librement notre lieu de travail et de résidence au sein de l’espace européen, qui compte 27 États membres.

 

Outre les nombreux Suisses de l’étranger qui vivent aujourd’hui au sein de l’UE, les travailleurs, les personnes en quête d’aventure, les personnes avides de connaissances, les amoureux et, enfin et surtout, tous celles et ceux qui représentent l’avenir de la Suisse, les jeunes Suisses qui voudraient vivre dans l’espace de l’UE ou simplement y acquérir de l’expérience seraient concernés.

 

Je suis convaincue que c’est précisément l’expérience des expatriés à l’étranger qui est un atout majeur pour leur pays d’origine et que la Suisse en profite directement. En outre, grâce à la communauté suisse à l’étranger, la Suisse compte plus de 770 000 "ambassadeurs" qui représentent la Suisse dans le monde entier. De nombreux Suisses qui vivent actuellement dans l’espace de l’UE seraient directement touchés par les conséquences de l’initiative de limitation. En effet, non seulement les accords bilatéraux I seraient abolis mais tout nouvel accord serait fondamentalement remis en question. Cette initiative, qui possède une vision à court terme et unilatérale, pourrait nuire à l’image de la Suisse comme partenaire fiable.

 

Il ne peut être dans l’intérêt des électeurs suisses de renoncer à sept accords qui ont été laborieusement négociés par les autorités pendant des années et de se mettre dans une position peu crédible face l’Union européenne, pour ensuite se demander ces prochaines années pourquoi une année à l’étranger est si compliquée à mettre sur pied.»

 

Yvonne M. Diffenhard-Jost, économiste d’entreprise, Taunusstein (Allemagne)

 

07.09.20, Yvonne M. Diffenhard-Jost, Suissesse de l'étranger établie en Allemagne
Imprimer l'article

 

Votations du 27 septembre : retrouvez toutes les informations et analyses sur SWI swissinfo.ch

Publireportage SWI swissinfo.ch

Lors des votations du 27 septembre, les Suisses seront appelées aux urnes pour se prononcer sur les cinq propositions suivantes: l'initiative pour une immigration modérée, l'augmentation des déductions fiscales pour les familles, le congé paternité (via une modification de la loi fédérale sur les allocations pour perte de gain), l'achat de nouveaux avions de combat et la modification de la loi sur la chasse.

Dans une série de «Points forts» spécialement dédiée aux votations, SWI swissinfo.ch vous expose les tenants et aboutissants de chaque proposition, afin que vous, chères et chers Suisses de l’étranger, puissiez voter en toute sérénité, en étant informé de manière indépendante.

 

Le dimanche du vote, nous vous donnerons bien évidemment les résultats mais vous apporterons également des éclairages tout au long de la journée grâce à nos analyses.

 

Pour ne rien manquer, le plus simple est d’ajouter le site swissinfo.ch à vos favoris ou de télécharger gratuitement notre application «SWI plus» depuis votre App-Store (Android/iPhone).

 

07.09.20, SWI swissinfo.ch, Publireportage
Imprimer l'article

 

Suisse de l'étranger ? Vérifiez votre adresse électronique

Grâce à une adresse électronique actualisée, vous pouvez être rapidement joignable par les autorités suisses en cas de crise et améliorer les droits des Suisses de l'étranger.

De nombreux Suisses de l'étranger n'ont pas encore enregistré d'adresse électronique auprès de leur représentation suisse. Et nombre d'adresses enregistrées ne sont plus à jour. L'Organisation des Suisses de l'étranger vous recommande vivement de tenir votre adresse électronique à jour. Mais pourquoi donc ?

 

Protection et sécurité : La pandémie de coronavirus a clairement montré combien il est important de rester joignable en temps de crise. Grâce à votre adresse électronique personnelle et actuelle, votre représentation suisse peut vous joindre rapidement en cas de crise.

 

Poids et influence : Si tous les citoyens suisses vivant à l'étranger peuvent être contactés par courrier électronique, le poids politique de la Cinquième Suisse augmentera également. C'est précisément ce à quoi travaille l'OSE : elle veut rendre possible l'élection au suffrage direct - l'élection en ligne - du Conseil des Suisses de l'étranger. Si les adresses électroniques sont disponibles, tous les Suisses de l'étranger peuvent être invités à participer aux élections directes. Cela renforcera la légitimité du Conseil des Suisses de l'étranger au niveau politique.

 

Communiquez votre nouvelle adresse électronique à votre consulat ou saisissez-la vous-même sur le site du DFAE. Ce guichet en ligne est également un moyen pratique d'utiliser les services des autorités suisses depuis chez soi, en toute tranquillité.

 

Merci beaucoup de votre collaboration !

 

07.09.20, Jézael Fritsche, Communications & Marketing
Imprimer l'article

 

Une formation en Suisse ?

Publireportage educationsuisse

educationsuisse conseille et soutient les jeunes Suissesses et Suisses de l'étranger, ainsi que les élèves d'une école suisse à l'étranger, qui souhaitent suivre une formation en Suisse.

Lisez ici leurs témoignages.

 

Nous offrons:

  • Orientation sur les différentes formations – études universitaires ou formation professionnelle
  • Information sur des questions spécifiques – conditions d’admission, connaissances linguistiques requises, délais d’inscription, logement, assurances, …
  • Conseils personnalisés – aussi en collaboration avec un Office pour l’orientation professionnelle et universitaire
  • Assistance pour la demande d’une bourse d’études cantonale et suivi du dossier (seulement pour Suissesses et Suisses de l’étranger)
  • Aide financière d’educationsuisse et d’autres fondations privées

 

educationsuisse

Formation en Suisse

Alpenstrasse 26

3006 Berne

Suisse

 

Tél. +41 (0)31 356 61 04

 

info@educationsuisse.ch

www.educationsuisse.ch

 

07.09.20, educationsuisse, Publireportage
Imprimer l'article

 

Sondage auprès des Suisses de l'étranger concernant les banques suisses

Aidez-nous à adapter l'offre proposée aux Suisses de l'étranger. Vous pouvez gagner des bons CFF d'une valeur totale de CHF 1000.-

Votre participation à ce sondage et les réponses personnelles que vous apporterez à nos questions sont importantes pour nous. Merci de consacrer dix minutes à ce questionnaire et de nous aider à optimiser nos prestations.

 

10 bons CFF d’une valeur de 100 francs chacun seront tirés au sort parmi les participants.

 

Vers le questionnaire (vous pouvez choisir la langue en haut à droite).

 

Le sondage a déjà été terminé. Si vous avez des questions supplémentaires, veuillez contacter sponsoring@aso.ch.

 

07.09.20, Jézael Fritsche, Communications & Marketing
Imprimer l'article

 

« J'ai besoin de séjours de courte durée. J'ai besoin de Suisse. »

Publireportage Suiss Tourisme

L'automne est la plus belle saison pour un court séjour dans une ville suisse.

En automne, les villes suisses sont encore plus diverses, plus colorées – sous plusieurs aspects : visite dans un musée de renommée mondiale, expérience gastronomique dans des temples de la cuisine helvétique ou virée shopping dans la vieille ville, le choix ne manque pas !

 

Les températures sont agréables, tandis que les parcs et les places se parent de mille et une couleurs. De par leur taille humaine, les villes suisses marient la qualité de vie à l’esprit citadin. Sur à peine quelques kilomètres carrés, vous trouvez des centres historiques bien conservés, des chefs d’œuvre de l’architecture moderne et une multitude d’espaces verts. Les villes suisses se fondent dans la nature. Que ce soit pour une après-midi de détente dans un parc en ville, une excursion à la montagne ou dans un domaine viticole local, la nature n’est jamais bien loin du cœur de la ville.

 

La Suisse est riche d’histoire, de tradition et de trésors de son passé. Pas étonnant que plusieurs villes suisses figurent parmi les sites inscrits au patrimoine mondial de l’UNESCO. Découvrez nos villes grâce à leurs circuits historiques. Découvrez des visites historiques, des châteaux et bien plus encore.

 

Lien vers les offres

 

07.09.20, Schweiz Tourismus / Suisse Tourisme, Publireportage
Imprimer l'article

 

Mon engagement auprès de l'Organisation des Suisses de l'étranger

Le Suisse de l'étranger David Mörker vit aux États-Unis depuis plus de dix ans. Il est membre bénévole du comité de l'Organisation des Suisses de l'étranger (OSE) et du Conseil des Suisses de l'étranger. Dans une vidéo, il explique pourquoi il est important de soutenir l'Organisation des Suisses de l'étranger et sa communauté.

 

Découvrez l’engagement d’autres ambassadrice et ambassadeurs de l'Organisation des Suisses de l'étranger ici.

 

07.09.20, Jézael Fritsche, Communications & Marketing
Imprimer l'article